8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 15:55

Franz_Overbeck_by_Hoflinger.png

 

« Si l'on regarde en arrière ou si l'on considère les choses sous un angle historique, aucune des pensées qui sont apparues chez Nietzsche n'est totalement nouvelle et inédite ; de même la manière dont il s'approprie des pensées appartenant à l'héritage commun du temps présent n'a rien qui lui soit propre si on la mesure à ces emprunts » (Franz Overbeck, Souvenirs sur Friedrich Nietzsche, 1906).

 

Nietzsche n'était pas à proprement parler un grand homme. Aucun des talents qu'il possédait, si largement talentueux qu'il fût, ne suffisait à lui conférer la grandeur. Pas même le plus exceptionnel de ses talents, le don de l'analyse psychologique qui, dans la mesure où il l'exerçait essentiellement sur lui-même, devint pour lui un danger mortel et "l'aliéna" bien avant qu'il ne meure. Même la force de volonté n'avait pas pris chez lui les proportions démesurées qui constituent la condition sine qua non de la grandeur humaine naturelle. En effet, ce n'étais pas pour lui chose facile que de s'affirmer et de s'imposer en toutes circonstances, et peut-être n'a-t-il pu élever avec tant d'éloquence la "volonté de puissance" au rang d'idéal que pour s'être si intensément représenté cet idéal sans que celui-ci se soit véritablement incarné en lui. (Franz Overbeck, Souvenirs sur Friedrich Nietzsche, 1906).

 

Nietzsche n'était pas loin d'être le plus extraordinaire des hommes que j'avais rencontrés au cours de mon existence, et il le resta à mes yeux lorsque les masses commencèrent à donner leurs avis sur le fait qu'il fût extraordinaire [...]. Nietzsche est l'homme auprès duquel j'ai respiré le plus librement. Il est par conséquent celui auprès duquel, j'ai pu exercer mes poumons de la manière la plus satisfaisante qui soit pour les préparer à l'usage que j'en ai fait, dans les relations humaines qui ont marqué mon existence. Son amitié a été trop chère à mon existence pour que l'envie me vienne de la ruiner par quelques exaltation posthume. (Franz Overbeck, Souvenirs sur Friedrich Nietzsche, 1906).

Partager cet article

Repost 0
Published by Antoine Michon
commenter cet article

commentaires

Antoine Michon 08/02/2015 16:02


Pour la création d'une rubrique citation, ces passages présent et à venir seront ensuites commentés lors d'un prochain article. Merci pour votre lecture.

Présentation

  • : Nietzsche par la jeunesse aux cheveux gris
  • Nietzsche par la jeunesse aux cheveux gris
  • : Lecture de Nietzsche : Le carnet de voyage de l'Argonaute. (lectures et sources audio-vidéo).
  • Contact

Catégories