9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 12:57

Un bouffon sans qualités bouffonnes.

Ce n'est pas l'arrivée en scène de ce sinistre bouffon qui provoque l'hilarité générale, encore moins le cri diabolique du persécuteur qui poursuit à grand pas le funambule titubant sur le fil. Ce qui libère le rire sarcastique et cinglant de la foule, ce sont les paroles de Zarathoustra qui sont venues chatouiller leurs oreilles : « Ils me tiennent pour un cœur froid et pour un bouffon aux railleries sinistres. Et voilà qu’ils me regardent et qui rient : et tandis qu’ils rient ils me haïssent encore. Il y a de la glace dans leur rire ». Un petit tour d'ironie est dès lors à saisir, car du point de vue de la foule et celui du bouffon même, c'est Zarathoustra qui parle alors « comme un bouffon » et fait ici figure d'insensé.

Le trait qui met en évidence le caractère atypique de ce bouffon de la tour est précisément sa méchanceté. Au lieu de divertir le roi et les gentilshommes de la cours, le bouffon du peuple rassasie plutôt l'appétit persécuteur de la foule et fait régner la terreur sur la place publique. Il est un bouffon dépourvu de toute qualités bouffonnes, un agitateur sans marotte ni grelots, puisque le seul et unique attribut que le récit lui concède est son étrange accoutrement : « un gars bariolé qui avait l’air d’un bouffon ». De ce jeu des mutuelles apparences, résulte un renversement des postures, puisque nous avons d'un côté un "bouffon" qui ne fait rire personne avec ses gestes et de l'autre un "prophète" qui fait rire tout le monde avec ses paroles, ils se retrouvent tous deux dans l'imposture.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Antoine Michon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Nietzsche par la jeunesse aux cheveux gris
  • Nietzsche par la jeunesse aux cheveux gris
  • : Lecture de Nietzsche : Le carnet de voyage de l'Argonaute. (lectures et sources audio-vidéo).
  • Contact

Catégories